Monsieur Aristide, Eugène, Etienne – Comte de… l’autre monde

En 2010, je donnais un coup de main au Guyr à déménager. Rouspétant contre le poids de certains de ses cartons, je lui demandais ce qu’il stockait là-dedans. « Les archives de mes recherches. Petit à petit, je les numérise, hélas, il en reste encore un bon paquet à scanner ». Lui demandant ce qu’il comptait faire de tous ses travaux historiques, il me répondit qu’il n’en avait aucune idée. « L’idéal serait de pouvoir les publier. A vrai dire, déontologiquement, je n’en ai pas le droit. La plupart sont des recherches effectuées sous seing privé qui, par leurs confidentialités spécifiques, ne m’appartiennent pas ». Lui répondant que c’était un faux problème, qu’il n’avait qu’à les réécrire en changeant tous les noms et les lieux, le tout sans indiquer de date. Au pire, ce qu’il risquait, était de passer pour quelqu’un qui racontait des histoires plus ou moins crédibles, voire tout simplement sorties de son imaginaire. C’est ainsi qu’il publia ses premiers récits sur le Creux du Sac, en modifiant tous les patronymes. 

Toujours ce même jour, je lui demandais si parmi ses recherches, il y en avait certaines très abracadabrantes. « Cela dépend par ce que tu entends par abracadabrant, me répondit-il. Est-ce farfelu ? Extravagant ? Étrange ? Invraisemblable ? Mystérieux ?… Nombreuses étaient basiques, sans beaucoup d’intérêt historique majeur. Certaines étaient émouvantes, comme une particulière concernant une concession funéraire abandonnée depuis plus que 90 ans. La mairie voulant récupérer l’emplacement, elle me confia cette recherche. Un vrai travail de détective ! Avec en finalité, la découverte d’un monsieur de 90 ans vivant à Paris qui cherchait depuis des dizaines d’années où était enterrée sa mère morte en le mettant au monde. Son père l’avait suivie de peu, épuisé par le chagrin. Ce vieux monsieur avait été élevé par ses grands-parents paternels qui n’avaient pas jugé utile de lui indiquer le lieu de sépulture de leur belle-fille qu’ils n’aimaient pas ! Ils avaient même poussé l’indécence à enterrer leur fils dans un autre cimetière ! Je l’ai accompagné sur la tombe située dans le lyonnais. Tu imagines la scène… Toutefois, une autre, très spéciale, m’a sacrément passionné, tout en me mettant terriblement mal à l’aise. Insolite également, car j’avais l’interdiction formelle de dire à qui que ce soit que j’effectuais des recherches précises ».

Vous vous en doutez, j’ai retrouvé ce récit dûment recomposé dans les sauvegardes du Guyr. Voici l’histoire de Monsieur Aristide, Eugène, Etienne – Comte de… l’autre monde.

 ♥

  • Vous êtes au courant ? L’Aristide est mort cette nuit !
  • L’Aristide ? L’Aristide de…
  • Bin oui, de quel Aristide veux-tu qu’il s’agisse ? Il n’y en a qu’un, « notre » Aristide !

Ce matin là, dans un petit village de France entre Dunkerque et Perpignan, on ne parle que de ça : l’Aristide est mort… C’est qu’il n’était pas tout jeune, l’Aristide, 103 ans révolus, mais, toujours bon pied bon œil ! Hier encore, il était venu chercher son pain chez la Jeanne, et en vélo, s’il vous plait ! Et puis, il était apprécié de tous l’Aristide ! Généreux de cœur et de bourse. Tiens, un exemple, le stade de foot, s’il n’avait pas donné le terrain avec quelques monnaies sonnantes et trébuchantes, et bin, il n’aurait jamais vu le jour. Et puis, l’église, s’il n’avait pas mis la main à la poche, et bin, elle serait tombée en ruine. C’est que l’Aristide, et bin, il n’est pas fauché ! Mieux ! Il est riche ! Enfin, il était riche, car maintenant, le pôvre, il n’a plus rien. Au fait, c’est t’y qui va hériter ? Car, c’est bien connu, l’Aristide était célibataire, sans descendance et sans famille plus ou moins proche. Alors, c’est t’y qui va hériter du manoir, de ses beaux meubles, des bois, de tous les terrains sur la commune et de tout l’argent qui doit dormir à la banque ? Putain de mauvais sort, c’est encore l’État qui va tout prendre et se remplir les poches. Après, tout sera vendu au plus offrant, et nous, les gars du village, on n’aura rien !

 459578

Château médiéval du Bon repos qui n’a rien à voir avec cette histoire.

Quelques semaines après cet événement funèbre, j’étais tranquillement chez moi, en vacances, quand le téléphone sonna. « Bonjour Guyrault, Maître Lombard au téléphone. Vous êtes surbooké en ce moment ? ». Lui ayant répondu que j’étais en congés, il me demanda si je pouvais malgré tout le rencontrer de toute urgence, non pas à son étude comme à l’accoutumée, mais chez lui. « Ce que j’ai à vous dire, ne doit pas être divulgué pour l’instant. Je préfère être discret sur notre entretien ». Lui ayant répondu que je serai chez lui le lendemain, je me posais un tas de questions. Maître Lombard, notaire et ami de longue date, ne me demandait pas de me rendre chez lui sans un motif très précis. Que cachait ce rendez-vous ?

  • Dites-moi Guyrault, vous m’aviez bien dit que vous aviez effectué des recherches sur la propriété du manoir de Monsieur de Ronguilardi dans le village de X…?
  • Celui du vieux Aristide ? Oui, il y a une bonne dizaine d’années. Si ma mémoire est bonne, cela concernait un droit de passage. C’était votre prédécesseur qui m’avait confié cette étude. Pourquoi, il y a encore un autre litige territorial ?
  • Il est décédé, il y a cinq semaines.
  • Dommage, j’ai souvenance d’un personnage très sympathique et très courtois. Mais, en quoi cela me concerne ?
  • Ce que je vais vous confier, me répondit le notaire, est strictement confidentiel. Il y a quatre semaines, son notaire m’a contacté pour me demander si je lui confirmais détenir le testament olographe de Monsieur de Ronguilardi. D’après mon collègue, l’acte devait dater de vingt ans en arrière. L’ayant rassuré sur ce point, mon confrère m’indiqua que, par acte manuscrit récent, son client désignait mon étude comme exécuteur testamentaire de ses biens. Vous connaissez la procédure aussi bien que moi. On ouvre le testament, on cherche les héritiers et les ayant-droits, etc. Hormis le descriptif de ses biens, le vieil Aristide a inscrit une close très particulière. Je vous lis la partie qui concerne le pourquoi je vous ai demandé de venir : « Ce legs, préalablement décrit,  ne pourra pas être validé dans le cas où il serait fait état d’une ou plusieurs personnes de lien direct et portant le même nom que moi-même et que mes parents. Dans ce cas, il faudra appliquer les décisions ci-dessous  /…. , ce ne sera que justice après tout le mal que l’on nous a fait ».
  • Assez particulier comme dernières volontés, lui dis-je. Il ne vous reste plus qu’à les chercher ces mystérieux cousins, voire des descendants inconnus par le commun des mortels.
  • Le hic, c’est que Monsieur De Ronguilardi était orphelin, célibataire, sans enfant et sans famille.
  • Aïe, vous n’êtes pas sortie de l’auberge, si je puis m’exprimer ainsi, lui dis-je. Vous n’êtes pas prêt de clore ce dossier. Je ne vois pas en quoi je pourrais vous aider, vous devez contacter un généalogiste qui effectuera des recherches complémentaires. Personnellement, n’étant pas généalogiste patenté, je ne peux malheureusement rien faire pour vous. Question indiscrète, l’héritage est important ? Avez-vous déjà effectué des recherches préalables ?
  • Pour l’héritage, me répondit le notaire, disons que s’il n’y avait qu’un seul héritier, il peut dès demain s’acheter une Ferrari neuve sans arrière pensée… Quant aux recherches préalables, j’allais en venir. Naturellement, je les ai effectuées. Procédure, procédure… la routine habituelle. Hélas, il y a un problème…

5298_1290526741_FRAD003_25_J_029

  • Pardonnez-moi, l’interrompais-je, je sens que vous aller me dire quelque chose de désagréable à entendre. Et, franchement, je ne sais si je suis prêt à l’entendre.
  • Désagréable, je ne pense pas, me répondit-il, plus qu’extraordinaire, c’est certain. Figurez-vous que, renseignements officiels pris et certifiés, il n’existe pas de Monsieur Aristide de Ronguilardi !
  • Comment cela, m’exclamais-je ! Je l’ai personnellement rencontré, j’ai effectué des recherches sur des documents officiels le citant, il a pignon sur rue, etc. etc. Ce n’est pas possible !
  • Certes le bonhomme a existé, officiellement en tant qu’Aristide de Ronguilardi, mais, par devant la loi, il n’a jamais existé ! Je veux dire par là qu’il n’existe aucun document certifiant sa naissance. Nous avons effectué des recherches de partout. Nulle part, nous ne trouvons d’acte de naissance, que ce soit dans le village où il est sensé être né, ni dans quelques administrations que ce soit. Pour être précis, les premiers documents faisant état de sa vie datent de l’époque où il a pris possession du manoir et de l’ensemble des biens annexes.
  • Mais, ce n’est pas possible, il lui fallait bien un acte de naissance, ne serait-ce que pour les impôts et la Sécurité Sociale !
  • Oui, il en existe. Des faux, uniquement des faux faisant état de sa naissance dans un village du Nord de la France ! Je vous certifie que sur les registres de naissance et de baptême, son nom ne figure nulle part. Ni partout, où que ce soit en France ! La seule date la plus antérieure et véridiquement officielle est celle quand il a déclaré avoir hérité du manoir en 1944. Avant, rien !
  • Un deuxième Comte de Monte-Cristo en quelque sorte, lui rétorquais-je perplexe. Voilà qui devient intéressant, très intéressant même…

 A suivre…

4 réflexions sur “Monsieur Aristide, Eugène, Etienne – Comte de… l’autre monde

  1. Annick

    Curieux!Curieux!! De nos jours tout étant informatisé, des personnes « inconnues » çà ne doit plus exister. Mais autrefois? pertes de documents, incendies d’archives, destructions volontaires? pouvait-on ne pas exister? ou était-il plus facile de changer de nom par exemple? La suite nous le dira peut-être………

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s